Ufisc

L'Art est Public 

Vous êtes ici : Accueil Structuration professionnelle Actualités Covid19 - enquêtes et données

Covid19 - enquêtes et données

Coopération Art et Culture contre le COVID 19

 

MAJ du 20/10/20

Impacts de la crise sanitaire : enquêtes et données régionales, nationales et européennes

 

Ce travail de veille mené conjointement par L'A (Agence Culturelle Nouvelle-Aquitaine) et l'UFISC a pour objectif de présenter une sélection d'études et enquêtes (nationales et régionales) afin de mieux comprendre les impacts de la crise sanitaire sur les secteurs culturels.

 

>> Le secteur culturel dans son ensemble

Enquêtes nationales

MOBILISATION ET COOPERATION ARTS ET CULTURE / UFISC

Juin 2020

Mobilisation et Coopération Arts et Culturecontre le COVID-19 : quels mesures et accompagnements pour faire face à la crise ?

Depuis plusieurs mois, l'UFISC, ses organisations membres et plusieurs organisations, réseaux, fédérations s'associent et se mobilisent auprès des structures artistiques et culturelles et de l'ensemble de nos concitoyen·ne·s pour faire face à l'extension et à l'impact de l'épidémie de COVID-19.
En réaction à la crise, de nombreux réseaux, fédérations, syndicats se sont immédiatement mobilisés en faisant notamment circuler des questionnaires en ligne afin de faire remonter du terrain les problématiques rencontrées « à chaud » par les acteur·trice·s.
Afin de compléter ces premières remontées d’informations, les Acteur·trice·s Culturel·le·s mobilisé·e·s collectivement contre le COVID-19 ont lancé une grande enquête flash, de rayonnement national et adressée à l'ensemble du champ culturel. Son objectif est d'affiner les réponses collectives qu’il convient d’apporter aux acteur·trice·s par le biais de mesures et d'accompagnements collectifs et individuels personnalisés et adaptés.
Nous sommes en effet convaincu·e·s que seule une approche collective et concertée de l'analyse des problématiques rencontrées permettra de ne laisser personne « au bord de la route », dans le respect des principes d'intérêt général et de solidarité défendus par les Acteur·trice·s Culturel·le·s mobilisé·e·s.
Cette enquête nous a permis de disposer d’une photographie précise de la situation du secteur au début mai 2020.

Lien vers la note de synthèse

 

Ministère de la Culture - DEPS : L'impact de la crise du Covid-19 sur les secteurs culturels

Juillet 2020

Lien vers les résultats de l'enquête

Quel est l'impact économique de la crise du Covid-19 sur les secteurs culturels ?
Dès le mois de mars 2020, quelques jours après le début du confinement, le ministère de la Culture s'est saisi de la question de l'impact économique de la crise du Covid-19 sur les secteurs culturels. Une enquête a été réalisée auprès de 7 800 acteurs de la culture pour évaluer l'étendue des pertes financières et les conséquences du confinement à court et moyen terme sur l'emploi. Avant l'épisode pandémique, avec un chiffre d'affaires de 97 milliards d'euros pour une valeur ajoutée de 47 milliards d'euros, le poids de la culture était estimé à 2,3 % de l'économie, avec un secteur marchand composé de 79 800 entreprises. 635 700 personnes occupaient un emploi à titre principal dans la culture. L'impact de la crise du Covid-19 se traduira  par une baisse moyenne de chiffre d'affaires de 25 % en 2020 par rapport à 2019 ( 22,3 milliards d'euros). L'effet sera le plus important sur le secteur du spectacle vivant (-72 %), du patrimoine (-36 %), des arts visuels (-31 %) et de l'architecture (-28 %).

 

Opale : Impact de la crise sanitaire de la COVID-19 sur les associations culturelles employeuses

Lien vers les résultats de l'enquête

Dans cette note d’analyse, Opale/CRDLA Culture s’appuie sur des enquêtes récentes menées par des réseaux ainsi que sur les premiers résultats de l’enquête nationale menée depuis 2019 auprès d’un échantillon représentatif de 800 associations culturelles employeuses. Les quelques données que nous présentons ici sont issues des premières exploitations de cette enquête.

 

L'Oeil du public : Étude sur les pratiques culturelles post-Covid 19

Juin 2020

Lien vers les résultats de l'enquête

- Qu’est ce qui a manqué le plus aux Français dans le domaine culturel pendant ce confinement ?
- Quelles pratiques les Français ont-ils adoptées pour continuer à se divertir et compenser la fermeture des lieux ? La période de confinement a-t-elle vraiment profité aux contenus numériques, au visionnage de spectacles ou de concerts en ligne ?
- Quand et à quelles conditions les publics envisagent-ils de sortir à nouveau ?
- Quels lieux ou activités vont avoir leur préférence ? Vont-ils d’abord retourner dans les salles de cinéma ou dans les musées, sous condition d’un nombre limité de visiteurs ? Quand et à quelles conditions projettent-ils la reprise des sorties au théâtre et dans les salles de concert ?
- Les Français les plus impliqués à ces pratiques vont-ils reprendre le même rythme de fréquentation ? Ont-il l’intention de renouveler leurs abonnements, leurs cartes de fidélité ?
- Quelles sont les mesures sanitaires attendues pour envisager un retour serein dans les lieux ? Sur lesquelles communiquer activement ?

 

Weezevent / IFOP : Les Français & la reprise des activités de divertissement événementiel post-confinement

Juin 2020

Lien vers les résultats du sondage

 

AFDAS : Vie culturelle et loisirs des Français après le confinement

Mai 2020

Lien vers les résultats de l'enquête

- Quelles habitudes culturelles et de loisirs les Français ont ils le plus envie de retrouver ?
- Comment entrevoient ils la poursuite de leurs activités face à la menace toujours présente du Covid 19 ?

 

Enquêtes régionales

 

Pôles de coopération des filières culturelles en Pays de la Loire : Covid 19 - Point de situation des filières culturelles en Pays de la Loire :

Avril 2020

Lien vers la synthèse de l'étude

 

>> Le spectacle vivant dans son ensemble

Enquêtes nationales

 

Voir aussi la page Conséquences de la crise Conséquences de la crise sanitaire - Covid 19 par la CPNEF-SV Commission paritaire nationale emploi formation spectacle vivant

 

CPNEF - SV : L'emploi des salariés intermittents du spectacle vivant

Octobre 2020

Lien vers la synthèse de l'étude

Le CPNEF-SV a compilé et retraité des données de Pôle emploi afin d’observer les évolutions du spectacle vivant entre 2012 et 2019 sur : l’activité du secteur, les employeurs, les salariés intermittents, les masses salariales et le volume d’emploi. Ces informations permettent d’observer ces évolutions sur un temps long et de poser les bases d’un état des lieux du secteur avant la crise. De plus, des estimations ont également été réalisées sur l’activité 2020.

 

CPNEF - SV : Conséquences de la crise sanitaire dans le spectacle vivant : constats et risques

Septembre 2020

Lien vers la synthèse de l'etude

Note de synthèse des principaux constats et risques exprimés par les professionnels. Non   exhaustive et   évolutive, cette   note reprend   des éléments  d’origines  diverses: communiqués, interviews dans les médias, groupes de travail, ateliers, congrès, rapports...

 

CPNEF - SV : Les métiers du spectacle vivant au temps du coronavirus - Quelles vulnérabilités ? Pour les artistes, les techniciens, les personnels administratifs

Juin 2020

Lien vers les résultats de l'enquête

100 % des entreprises et des salariés du Spectacle Vivant impactés suite à la pandémie.

Soit plus de 21 200 entreprises : 
- plus de 20 150 entrepreneurs de spectacles vivants -producteurs, diffuseurs et exploitants de lieux (salles de spectacles, festivals, opéras, orchestres, compagnies, ensembles et groupes musicaux, cabarets, music-hall, producteurs de spectacles, tourneurs...)-.
- plus de 1 050 prestataires techniques au service de la création et de l'événement (sociétés et fournisseurs dans les domaines de la structure, rigging, plateau, machinerie, son, lumière, vidéo, décors, costume, coiffure, perruque, maquillage...).
Soit plus de 217 160 salariés, dont : 66 % de salariés intermittents et 34 % de salariés permanents et 44 % d'artistes interprètes.

 

 

 

PRMA Réunion - ÉVALUATION DE L’IMPACT DE LA CRISE SANITAIRE LIÉE AU COVID-19 SUR LES ACTEURS ET LES STRUCTURES DU SPECTACLE VIVANT À LA RÉUNION

Lien vers les résultats de l'enquête

Pour 96,7 % des répondants, la crise Covid-19 a un impact sur l’activité des mois de mars et avril 2020, voire ultérieurement. Cet impact touche l’ensemble du secteur tous champs confondus : théâtre, cirque, danse, musique, prestataires techniques / administratifs / communication. 80 % des répondants ont annulé des spectacles ou prestations artistiques publiques prévus en mars-avril 2020 voire plus tard (mai, juin), à La Réunion ou sur d’autres
territoires. 55 % ont pu/dû reporter des spectacles ou prestations artistiques publiques. L’ensemble des actions annulées a généré une perte de 976 209 € de recettes.

 

ARTIS - ENQUÊTE COVID ARTIS-LE LAB / AFFLUENCES

Lien vers les résultats de l'enquête

Aujourd’hui, environ 60 % les dates de diffusion sont reportées, 10% sont annulées et 30% sont en attente de décision  + annulation des tournées + arrêt de programmation de saison . L’annulation de dates entraine la suppression de cachets. La mise en place du chômage partiel s’avère compliquée pour des petites structures dont les compétences de gestion sont limitées. Le report ou l’annulation de dates entraine un trou financier sur le fonctionnement des compagnies. Les spectacles voient donc leur possibilité de continuer à être programmé fortement réduite alors qu’il y aura sans doute un effet «embouteillage» dans la saison à venir. La baisse du volume de vente ou la compensation d’un achat à coût réduit génère un affaiblissement du fonctionnement de compagnies notamment sur des fonctions support, production et diffusion et la structuration à court et moyen terme.

Il est également à noter que la communication entre compagnies et structures de diffusion/production/médiation est aujourd’hui réduite ce qui accentue les effets d’isolement.

 

PRODISS - ÉTUDE DEL’IMPACT ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DU COVID-19 SUR LE SECTEUR DU SPECTACLE VIVANT PRIVÉ EN FRANCE

Lien vers la note de synthèse de l'étude

Evaluation de l’impact économique: 477M€ de perte de chiffre d’affaires cumulé pour les entreprises du PRODISS, et 590M€ pour le spectacle vivant privé.Pour les entreprises du PRODISS, avec l’annulation des représentations de mars à mai, ce sont environ 20400 artistes et techniciens engagés en CDD d’usage qui se retrouvent menacés, dont 12 800 technicienset 7 600 artistes.

 

FRANCE FESTIVALS - Festivals annulés : estimer la perte économique et sociale - mai 2020

Lien vers la note de synthèse de l'étudee

SoFEST! cherche à connaître les effets durables des festivals du spectacle vivant sur les territoires et la société, au-delà de leur contribution artistique. Comment ces formes éphémères de programmation génèrent-elles un substrat fertile pour enrichir les territoires d’apports distinctifs ? Dans un contexte de mutations profondes de la société, quelle est leur utilité sociale ?

Ce focus se découpe en deux parties :
• Une partie consacrée à la mesure de la perte financière pour le secteur qui va nous conduire à une estimation du volume d’argent qui s’extrait de l’économie.
• La seconde s’intéresse davantage à l’aspect social de l’annulation des festivals et tentera de mesurer son impact en termes d’emplois, d’activité humaine et d’engagements artistiques.

 

FEVIS (Fédération des Ensembles Vocaux et Instrumentaux Spécialisés) - Les ensembles indépendants face à la crise : enquête sur les annulations de représentations - Juin 2020

Lien vers la synthèse de l'enquête

Les réponses de 91 ensembles, dont les répertoires vont de la musique ancienne à la création contemporaine, dessinent un bilan chiffré des annulations et des pertes de chiffre d’affaires qu’elles ont entrainées.
Enquête réalisée entre les 29 avril et 12 mai 2020 sur les chiffres de ses ensembles adhérents français.

 

>> Arts visuels / Art Urbain / Art Contemporain

 

La Fédération de l’Art Urbain - ÉTAT DES LIEUX DE LA CRISE DU COVID-19 POUR LE SECTEUR DE L'ART URBAIN

Lien vers les résultats de l'enquête

Sur 58 répondants, la majorité dont 62 % sont des artistes et des indépendants et 38 % des représentants des structures culturelles. Possibilité de télétravail pour 81 % des acteurs culturels/structures. Projets/événements annulés : 67 % entre 1 et 5, 21 % entre 5 et 10 projets et 12 pour plus de 10 projets. La perte financière causée par les annulations et les reports est estimée entre 1000 euros et plus de 5000 euros. La perte du financement par les partenaires est de 57 % parmi l’ensemble des répondants. La crise a mis en péril 66 % des structures. Concernant les aides financière de l’État 71 % des répondants n’ont pas pu en bénéficier dont pour la plupart le fonds de solidarité.

 

CIPAC - LES RÉPERCUSSIONS DU COVID-19 SUR LE SECTEUR DES ARTS CULTURELS (17 MARS -15 AVRIL)

Parmi les 1310 répondants à l’enquête, 70% des répondants représentent les artistes-auteurs, 8% des répondants sont des indépendants et 22% des répondants de représentant de personne morale. Les personnes morales ayant répondu au questionnaire sont composées : à 67% d’associations (loi 1901 et de droit local : 187 réponses) ; à 21% d’établissements en régie directe et/ ou publics (58 réponses) ; à 9% de sociétés commerciales (SARL, SA, EURL : 25 réponses). Les impacts immédiats du covid-19 déclarés par les structures son les actions de diffusion et d’exposition (94%), les actions d’éducation artistique et culturelle et les programmations événementielles (78%).

Près de 50% des rémunérations artistiques prévues pour les projets annulés étaient supérieures à 2000€ : l’annulation des projets impacte directement l’économie des artistes-auteurs.

64% des recettes les plus modestes (inférieures à 5 000 €), quelque soit leur origine, sont considérées dès à présent comme perdues par les structures. Les pertes de recettes supérieures à 5 000 € (36%), très fréquentes, vont impacter profondément le budget des structures.

Au 15 avril 2020, 72% des structures pensent devoir recourir à l’activité partielle. Le recours à l’activité partielle est envisagé par les structures dans des proportions semblables quelque soit leur effectif.

 

Pôle Arts Visuels Pays de la Loire - ÉTAT DE SITUATION / CONSÉQUENCE COVID19 SUR LA FILIÈRE

Lien vers les résultats de l'enquête

Parmi la totalité de 374 répondant, 293 sont des artistes. Les activités de 373 répondants sur 374 sont impactées. 42,59% des répondants estiment que la situation met en danger à court ou à long terme leurs activités. 24,18% indiquent être en danger immédiat, 18,41% indiquent être en danger sur le long terme, 42,58% ne savent pas encore en mesure d’évaluer si la pérennité de leur activité est en danger, 14,84% indiquent que la pérennité de leur activité n’est pas en danger. Sur 292 répondants, 61.43% considèrent que leur emploi ou ceux de leurs équipes sont en danger, ce qui correspond à 309 emplois en danger.

 

>> Musiques actuelles

Enquêtes européennes et nationales

Live DMA : L’impact de la pandémie de Covid-19 sur 2 600 salles de concert et clubs européens (2020)

Septembre 2020

Lien vers les résultats de l'étude

Depuis mars 2020, la plupart des 2 600 lieux de musiques actuelles et clubs représentés par Live DMA et ses membres dans 16 pays européens luttent pour leur survie. En raison des réglementations gouvernementales, les lieux de musiques actuelles et clubs ont dû annuler ou reporter une immense partie de leurs événements.
Ce document donne un bref aperçu de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur les 2 600 salles de concert et clubs représentés par Live DMA et ses membres. Les chiffres parlent d’eux-mêmes :
- 70% de baisse du nombre de dates et de représentations artistiques
- une perte de revenus estimée à 1,2 milliard d’euros
- 76% de baisse de fréquentation
- 70% de baisse pour les dépenses destinées aux artistes
Les salles de concert et clubs européens dépendent d’un modèle économique particulier et fragile. Étant donné qu’ils font partie d’un vaste écosystème, leur fermeture pendant la pandémie a, par effet domino, des conséquences sur toute la chaîne au sein de l’industrie de la musique et plus largement du secteur culturel, que ce soit au niveau artistique, social et économique.

 

FEDELIMA : Quels mesures et accompagnements pour faire face à la crise ?

Lien vers les résultats de l'enquête

Focus sur les données des lieux de musiques actuelles de l'enquête FLASH "CULTURE vs COVID-19 : quels mesures et accompagnements pour faire face à la crise ?" menée dans le cadre de la Mobilisation et Coopération Arts et Culture contre le COVID-19.

75% des structures ont déclaré que la crise les avait conduites à une mise en sommeil momentanée du projet d’activité ; 48% d’entre elles annoncent être en mesure de ne maintenir que 10% ou moins de leur activité entre le 1er mars et le 31 août. Les structures à risque ont devant elles en moyenne 4,1 mois de trésorerie. Si la situation reste en l’état, 57% des structures se retrouveront sans trésorerie dès le mois de septembre 2020.

 

SMA : Mieux chiffrer l’impact de la crise pour permettre une relance durable de la filière musicale.

Lien vers la synthèse de l'étude

 

E.I.F.E.I.L / Editeur Indépendants Fédérés en France : Résultats d’enquête auprès des éditeurs membres

Lien vers la synthèse de l'enquête

 

AJC, Grands Formats, Allumés du jazz - Les effets de la crise sur le monde du jazz et des musiques improvisées et les conditions de la reprise - juin 2020

Lien vers la synthèse de l'étude

Face à la situation de crise, les fédérations et les réseaux professionnels du jazz et des musiques improvisées ont souhaité mettre en lumière les premiers effets de la crise sur leur secteur, riche de son histoire et de ses nombreux développements actuels mais reposant sur des modèles économiques fragiles et régulièrement remis en question. AJC - le réseau des diffuseurs de jazz, Grands Formats - fédération d’artistes et Les Allumés du Jazz - la fédération des labels indépendants ont ainsi mis en commun leurs enquêtes respectives réalisées entre avril et mai et ayant permis le recueil des données.

 

Enquêtes régionales

 

Le Pôle (Pays de la Loire) - COVID-19 & LES MUSIQUES ACTUELLES EN PAYS DE LA LOIRE QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES DE LA CRISE ?

Lien vers les résultats de l'enquête

Parmi plus de 100 répondants à l'enquête, 63% sont des associations et 23% des sociétés qui sont, par ailleurs, les plus impactés par la pandémie. Parmi ces structures, 70% se sentent en danger dont 40% des salariés en risque de perte d'emploi, 800 intermittents impactés avec plus de 300 de contrats affectés et 400 dates annulés.  1 200 000 euros de pertes financières pour 60 structures.

 

Grand Bureau (Auvergne-Rhône-Alpes) - ÉVALUATION DE L'IMPACT DE LA CRISE SANITAIRE COVID-19 SUR LA FILIÈRE MUSIQUES ACTUELLES EN AUVERGNE-RHÔNE-ALPES

Lien vers les résultats de l'enquête

Parmi les 101 répondants, 30% représentent les lieux et 53% les producteurs. D'après l'enquête, il y eu 1016 représentations annulées et 284 reportées. En outre, 100% de festivals annulés selon les participants à l'enquête. La perte financière est estimée au 27 mars s'élève à 1 800 000 euros pour les structures dont les lieux et les producteurs ayant répondu.

Lien vers l'évaluation qualitative de l'impact (avril 2020)

 

PRMA Réunion - EVALUATION DE L’IMPACT DES MESURES LIÉES À LA CRISE SANITAIRE DU COVID-19 SUR LES ACTEURS ET LES STRUCTURES DU SECTEUR DES MUSIQUES ACTUELLES À LA RÉUNION

Lien vers les résultats de l'enquête

En tout, 82 répondants aux questionnaire parmi lesquels 72 d’entre eux pensent que la crise covid19 a un impact négatif sur le secteur au mois de mars et avril.

Un impact sur le chiffre d’affaire des structures allant de 2% à 100% de perte pour les mois de mars à avril : la moitié des structures répondantes perdent entre 90 % et 100 % de leur chiffre d'affaire prévu en mars et avril 2020. L'impact sur l’économie personnelle des répondants individuels va de 6% à 100 % de perte pour les mois de mars à avril 2020.

 

Le RIM (Nouvele Aquitaine) - ENQUÊTE COVID-19 & MUSIQUES ACTUELLES EN NOUVELLE AQUITAINE

Lien vers les résultats de l'enquête

181 répondeurs en tout parmi lesquels on constate, plus de 4 millions d’euro de pertes financières, 883 emplois permanents impactés dont 492 sont temps plein, 2778 de contrats intermittents impactés et 948 en chômage partiel. Au niveau des pertes financières, le secteur culturel le plus affecté est celui de la production de spectacle/booking. Les emplois permanents les plus impactés sont dans l’enseignement artistique ainsi que les lieux de diffusion.Les emplois permanents les plus affectés en temps plein sont dans les lieux de diffusion. Les contrats intermittents impactés sont majoritairement liés à la production de spectacle/booking. Le plus de recours au chômage partiel a eu le secteur de l’enseignement artistique.

 

SNAM - ENQUÊTE AUPRÈS DES MUSICIEN.NE.S INTERPRÈTES INTERMITTENTS

Lien vers les résultats de l'enquête

Une enquête menée par le SNAM auprès de ses adhérents fait apparaître des pertes de salaires importantes (3 millions de salaires non versés pour 1750 musiciens (soit une perte moyenne de 1750 € par personne) ; 36% sont en danger de renouvellement pour l’intermittence ; 1/3 des sondés ont + de 10 dates annulées ; 63% des contrats n’étaient pas signés.

 

PAM (Provence-Alpes-Côte d'Azur) - EVALUATION DE L’IMPACT DE LA CRISE SANITAIRECOVID-19 SUR LA FILIÈRE MUSICALE EN PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR

Lien vers les résultats de l'enquête

Parmi les 101 répondants, plus de 70% représentent les associations. Les structures les plus impactées par secteur d'activité sont le Projet Action Culturelle (29%), Lieux de diffusion (28%), Festival (28%), Producteur de spectacle (26%). La majorité des répondants proviennet de la région Bouches du Rhône (66%). Concernant les lieux de diffusion, producteurs et organisateurs de concerts, il y a eu 1560 d'annulations ou de reports avec une perte financière estimée à 4,2 millons d'euros. Notamment, 93% des structures n’ont pu faire jouerleur assurance . Par rapport aux mesures mises en place pour les structures, 60,47% des répondants ont mis en place le chômage partiel, 33,72% des répondants utilisent le report de charges, 12% des répondants ont fait appel au fonds de soutien. Sur la perenité des structures, 34,88% des structures sont mises en danger immédiat, 47% sont en danger à long terme, 8% n’ont aucune visibilité sur la pérennité de leur structure. Les emplois impactés concernent 332 salariés, 1194 intermittents et 431 prestataires.

 

RMAN (Normandie) - LES IMPACTS DU COVID-19 SUR LA FILIÈRE DES MUSIQUES ACTUELLES EN NORMANDIE

Lien vers les résultats de l'enquête

Le nombre de répondants s’élève à 98 dont 85 cas ont été étudiés. 70 % parmi ces répondants sont des associations. La majorité des répondants sont issus du secteur culturel de la diffusion. Les conséquences directes exprimés par les répondants sont des annulations et des reports. Concernant les festivals dans la région, 29 d’entre eux ont été annulés et 4 reportés. Par rapport aux pertes financières, tous les répondeurs estiment avoir une baise de revenus. Au total, 56 réponses expriment une estimation globale du montant du manque à gagner de 877,9 mille euro. La moyenne du manque à gagner estimé est de 15 136 euro par structure. En ce qui concerne les emplois, 2490 salariés sont concernés par les impacts négatifs de la crise sanitaire y compris 1478 intermittents.

 

Espace de coopération pour les musiques actuelles en Bretagne - ANALYSE ET PRÉCONISATIONS SUR LA SITUATION DES MUSIQUES ACTUELLES EN BRETAGNE

Lien vers les résultats de l'enquête

Caractéristiques structurelles : 60 % (27) des structures répondantes sont des associations, 35,5 % (16) sont des structures commerciales (Sarl, Eurl, entreprises individuelles, Scop…), 69 % des structures répondantes disposant de salarié.e.s ont moins de 5 salarié.e.s. L’impact sur l’activité des répondant.e.s : 691 intermittent.e.s sont concerné.e.s, 154 prestataires, 410 concerts reportés ou annulés avec 1 424 550 € de pertes financières estimées. Estimation de l’urgence: 25 % des répondant.e.s considèrent être en danger dans l’immédiat, 53 % à moyen et à long terme. Sur les 11 structures qui se disent en danger dans l’immédiat : 6 sont des structures de production de spectacle (bureau de production ou compagnie), 3 sont des prestataires (catering, affichage, technique), 1 café-concert, 1 disquaire.

 

LE RIF (Île-de-France) - COVID-19 : synthèse des problématiques des adhérents du RIF

Lien vers la synthèse

 

Haute Fidélité (Hauts de France)

Covid-19 et musiques actuelles en Hauts-de-France : quelles conséquences immédiates pour le secteur ?

Lien vers la synthèse

 

FRACA-MA (Centre - Val de Loire)

Dossier d’observation concernant la crise liée au COVID-19

Lien vers le dossier

 

>> Livre

 

Ministère de la culture : l’impact de la crise sanitaire Covid-19 sur l’offre numérique des bibliothèques des bibliothèques territoriales

Mars 2020

Lien vers les résultats de l'enquête

 

>> Secteurs connexes

 

Le Pôle - LES OUBLIÉS DE LA CULTURE (QUESTIONNAIRE EN LIGNE)

Lien vers les résultats de l'enquête

93% des répondants estiment que la pérennité de leur entreprise est en danger. 38 % des répondants envisagent le licenciement de salarié.e.s permanent.e.s dont 11% la totalité de l’effectif permanent. 20 %des répondants envisagent une cessation définitive à court ou long terme.

 

MOUVEMENT ASSOCIATIF / RESAU NATIONAL DES MAISONS DES ASSOCIATIONS

Lien vers les résultats de l'enquête

Parmi les 5337 réponses exprimées par des responsables associatifs, entre le 20 mars et le 26 mars 2020, 22% des associations parviennent à maintenir une petite activité, juste supérieure à 20% de leur action habituelle, le sport se situe au-dessous de 10% et le secteur humanitaire et le secteur social se situent au-dessus de 40%. Pour les associations avec les salariés : cela varie de 25% à 45%, en corrélation avec la taille,mesurée selon les effectifs. Annulation et report : 62% dans le secteur de la culture et seulement 17% de l’ensemble des associations échappent à cette difficulté. Les impacts économiques estimés à court terme : 40% des associations sont plutôt inquiétes.

 

Le Mouvement associatif (Hauts-de-France) - ENQUÊTE RECHERCHES & SOLIDARITÉS RÉALISÉE DU 20 MARS AU 7 AVRIL 2020 

Lien vers les résultats de l'enquête

Diaporama sur les résultats

Fiche récapitulative des chiffres clés

1037 répondants à l’enquête dont 70 % sont des associations avec moins de 10 salariés. Les impacts de la crise : l’arrêt d’activité pour 68 %, maintien d’activité faible pour 23 % et 91 % se retrouvent avec des reports et des annulations. Le maintien du lien social : maintien du lie avec les bénévoles s’élève à 81 % des associations, 71 % avec les bénéficiaires et 25 % des associations proposent des activités de substitution aux adhérents. Mesures économiques : chômage partiel pour 71 % des associations, 14 % se retrouvent en travail indemnisé due à la garde d’enfants. Pertes financières : 42 % des associations rencontrent des pertes de revenus d’activités, 27 % parmi eux s’attendent à la perte de subvention causée par les annulations, 24 % pour la perte du financement public et 17 % pour celui de privé.

 

Fédération Nationale de autoentrepreneurs et microentrepreneurs - SONDAGE LES AUTOENTREPRENEURS FACE AU CORONAVIRUS RÉALISÉ PAR LA FÉDÉRATION NATIONALE DES AUTOENTREPRENEURS ENTRE LE 13 ET LE 15 MARS 2020

Lien vers les résultats du sondage

Les auto-entrepreneurs sont nombreux (61,5%) à avoir  observé une baisse de leur chiffre d'affaire dans les 4 première semaines du confinement. Ils sont notamment 28,4% à avoir subi une baisse de plus de 50%. Parmi les activités les plus touchées sont les arts graphiques. Un point important réside dans le fait que leur inquiétude principale est plus liée au fait de se payer, que de pouvoir payer leurs cotisations sociales et contributions fiscales.

 

 FRANCE TIERS-LIEUX

Les Tiers-Lieux face à la crise du COVID-19 : enquête et mobilisation solidaire.

Lien vers les résultats de l'enquête

 

<< Retournez sur la page principale des ressources proposées par la Mobilisation et coopération Art et Culture contre le Covid19 <<

 

ufisc logo SansFond

UFISC
c/o Maison des Réseaux artistiques et culturels
221 rue de Belleville - 75019 Paris
tel.fax : 01 42 49 53 64
portable : 06 73 49 74 29
e-mail : contact@ufisc.org

Email:
Objet :
Message:
Combien Ufisc a de lettres ?